Toméo Vergès en résidence au Dance Lab

Le chorégraphe français, Toméo Vergès, sera en résidence au Dance Lab du 15 septembre au 4 octobre. Toméo Vergès et les danseurs du Dance Lab présenteront leur travail au cours des showings les 3 et 4 octobre à 19 heures.

C’est en 1980 que Toméo Vergès, Catalan, s’installe en France. C’est au détour d’un cours de danse de jazz qu’il rencontre Maguy Marin chez qui il se transformera en personnage beckettien dans le désormais célèbre May B. Son parcours d’interprète se partage entre les chorégraphes : Marie-Christine Georghiu, Régine Chopinot, Anne-Marie Reynaud, Caroline Marcadé, Charles Cré-Ange et François Verret. Il travaille aussi chez Carolyn Carlson et rencontre Catarina Sagna avec qui il signe son premier duo. Il continue son parcours de chorégraphe avec deux soli Heropas et Kronos y Kromos.

En 1992, Toméo Vergès crée sa compagnie, MAN DRAKE et participe entre 1999 et 2006 à de nombreuses résidences de création.

JPEG - 39.7 ko
Tomeo Verges

Sur le travail de Toméo Vergès...

Depuis 1992, MAN DRAKE poursuit un travail artistique à la frontière du théâtre et de la danse. Dès ses premières pièces, Toméo Vergès nous expose une démarche qui s’attache à raconter sans réalisme l’homme aux prises avec l’absurdité du monde, il crée ainsi Chair de Poule (1992) à la Biennale de Lyon, Salto Mortal (1996) au Festival d’Avignon.

Proches de l’esthétique surréaliste, ses spectacles nous transportent dans un univers où il n’y a pas véritablement d’histoire. S’il propose des situations dramatiques avec sa cohorte de symboles partagés par tous, c’est pour mieux les détruire et s’adresser ainsi à l’imaginaire de chacun : une tentative de se faire entendre sans mots.

Selon une méthode chère à Toméo Vergès, l’une ou l’autre des pièces procède par sauts et ruptures, qui autorisent les plus improbables "coq à l’âne", les plus ébouriffantes audaces, rendus possibles grâce à une grande connivence des danseurs. Avec une force de vie toute latine, il oppose humour et gravité, tendresse et violence, dans le duo Asphyxies (1998) ou dans Pas de panique (1999). Avec Pièce(s) détachée(s) (2002), il nous invite à partager un univers fragmenté et délirant. Dans R.O.T.S (Radiatations-Ondes-Turbulences) (2004), sans doute la pièce la plus théâtrale, et dans Body Time (2006), pièce plus dansée, il s’inspire librement de l’univers de l’auteur américain contemporain Don DeLillo.

Parallèlement, il propose des performances "hors plateau" conçues en fonction d’un lieu ou d’un événement spécifique.

Toméo Vergès au DANCE LAB à Ottawa
- Résidence : du 15 septembre au 4 octobre

- Showings : les 3 et 4 octobre à 19 heures
- Théâtre de la Cour des Arts
2 rue Daly, Ottawa
- Renseignements : (613) 235-1492


- Entrée : 15 $

GIF

Avec le soutien de CULTURESFRANCE

GIF

Dernière modification : 06/10/2008

Haut de page