Le mois du souvenir au Canada [en]

Depuis un siècle désormais, chaque 11 novembre, les Français se rassemblent pour commémorer l’Armistice de 1918, la fin des combats de la Première Guerre Mondiale, ces quatre années qui plongèrent la France, l’Europe et le monde dans la souffrance et la désolation. Avec le temps, il est apparu que cette date si symbolique de la fin de la Grande Guerre devait être élargie pour embrasser les conflits postérieurs et faire mémoire de l’ensemble des sacrifices consentis. Ainsi, depuis 2012 en France, le 11 novembre est devenu la journée d’hommage à tous ceux, connus et inconnus et quelle que soit leur génération, qui sont morts pour la France.

En ce mois du souvenir, l’Ambassade de France au Canada a rendu hommage aux anciens combattants ainsi qu’aux femmes et aux hommes tombés au combat. A cette occasion, l’Ambassade a lancé une campagne de recherche de vétérans canadiens qui ont participé à la Libération de la France en 1944 ou à l’opération Jubilee (raid de Dieppe) en 1942. Toutes les propositions de vétérans à examiner sont à envoyer à l’Ambassade de France à Ottawa. Les vétérans ainsi retrouvés pourraient recevoir la médaille française de la Légion d’Honneur, plus haute distinction française.

JPEG

De plus, l’Ambassadrice de France au Canada Mme Kareen Rispal, ainsi que les cinq consuls généraux de France au Canada ont représenté la France lors des différentes cérémonies organisées à travers le Canada pour le 11 novembre 2021. Une liste détaillée des participations françaises et des actions de devoir de mémoire figure ci-dessous.

Enfin, l’Ambassade de France à Ottawa ainsi que les consulats généraux de France au Canada ont organisé une campagne d’appel aux dons pour la campagne des « Bleuets de France ». A l’instar du coquelicot canadien, porter un bleuet est une marque de soutien aux anciens combattants, victimes de guerre, aux pupilles de la Nation et aux victimes d’actes de terrorisme. Des bleuets peuvent être achetés auprès de l’Ambassade et des Consulats de France au Canada ou en ligne, lors des campagnes d’appel aux dons chaque 8 mai et 11 novembre.

***

Présence française aux cérémonies du 11 novembre 2021

Ottawa

- Le 7 novembre 2021, une cérémonie du Souvenir s’est tenue au cimetière de Beechwood en présence de la lieutenante-générale Frances Allen, numéro 2 des forces armées canadiennes. Trois remises de décoration à des officiers canadiens :

  • la médaille de la défense nationale française, échelon « Or », remise au Lieutenant General Walter SEMIANIW, pour sa promotion de la francophonie au sein des forces armées canadiennes, ainsi que l’étroite collaboration avec les forces armées françaises lors de nombreuses opérations et plus particulièrement au sein de l’ISAF en Afghanistan en 2005.
  • la médaille de la défense nationale française, échelon « Bronze » au major-général Simon BERNARD, qui a joué un rôle clé tout au long du projet « AMICITIA France-Canada ».
  • la médaille de la défense nationale française, échelon « Bronze » au capitaine de frégate Bruno TREMBLAY, qui a servi en qualité d’officier d’échanges au sein du bureau communication stratégique du corps de réaction rapide – France basé à Lille.

JPEG

- Le 11 novembre 2021, dépôt de fleurs au monument aux morts à proximité du Parlement canadien effectué par Mme Kareen Rispal, Ambassadrice de France au Canada avec son homologue allemande Mme Sabine Sparwasser.

JPEG

Toronto

A Toronto, une gerbe est déposée chaque année au cénotaphe de Toronto conjointement avec le consulat allemand. Cette année encore, les cérémonies étaient virtuelles et pouvaient être suivies sur le site du gouvernement ontarien.

JPEG

Le Colonel Mollard, cadre professeur au collège des forces canadiennes, est intervenu en novembre au lycée Français de Toronto pour parler du devoir de mémoire.

Québec

Une cérémonie a été organisée par la Légion Royale Canadienne à la Croix du Sacrifice (située à l’entrée des plaines d’Abraham), à laquelle le Consul M. Frédéric Sanchez a assisté et y a déposé une couronne au nom de la France.

JPEG

Montréal

M. Pierre Rannou, Consul général adjoint a déposé une gerbe devant le Monument aux morts Français de Montréal et aux volontaires Canadiens de l’armée française, du Parc Lafontaine, le 11 novembre 2021.

JPEG

Vancouver

Le Consul général a participé aux commémorations du 11 novembre organisées par le Conseil des anciens combattants de la côte nord du Canada au cénotaphe de North Vancouver et en présence de l’amicale des anciens combattants français.
Les commémorations organisées par la ville de Vancouver au cénotaphe de Victory Square en centre-ville étaient retransmises à la télévision. En raison de la pandémie, le public n’était pas accepté au moment de la dépose des gerbes.

JPEG

L’école internationale Cousteau a organisé également une rencontre avec un vétéran de la seconde guerre mondiale.


Provinces Atlantiques

Au Nouveau-Brunswick, le Consul général de France dans les Provinces atlantiques, M. Schitterer, a participé à la cérémonie officielle de la Journée du souvenir organisée par l’association locale des vétérans et la ville de Dieppe, en présence notamment de son Maire.

JPEG

A Saint John (Nouveau-Brunswick), le Consul honoraire, M. Thierry Chopin a déposé une gerbe au cénotaphe sur King Square, où une cérémonie officielle était organisée avec musique et défilé de régiments.

En Nouvelle-Ecosse, au Grand Parade à Halifax, le Consul honoraire, M. Robert-Yves Mazerole, a participé à la cérémonie organisée par la section 27 de la Légion de Vimy de la Légion Royale Canadienne.

***

Histoire et symbolique des Bleuets

JPEG

La Première Guerre mondiale, par sa violence et sa durée, est dévastatrice. Elle fait 10 millions de morts et plus de 20 millions de blessés, dont certains, lourdement handicapés, ne peuvent plus travailler. Dès lors, une mobilisation citoyenne se met en place en faveur d’une reconstruction matérielle, économique, et surtout humaine.
Depuis, des campagnes d’appel aux dons ont lieu chaque 8 mai et 11 novembre en France, en Outre-mer, et à l’étranger. En 1991, l’association du Bleuet de France devient l’Œuvre nationale du Bleuet de France. L’ONACVG la prend alors sous son aile et en assure depuis sa gestion et sa présidence. Cent ans après sa création, sa vocation perdure. Son champ d’intervention ne se limite plus aux soldats blessés lors des deux guerres mondiales mais prend en compte l’ensemble des conflits, des victimes de guerre aux pupilles de la Nation et aux victimes d’actes de terrorisme. Aujourd’hui, cette fleur incarne les valeurs de respect, de paix et de tolérance chères à l’ensemble de la communauté combattante.

D’où vient le Bleuet de France ?
En 1925, Charlotte Malleterre, fille du commandant de l’Hôtel national des Invalides et Suzanne Lenhardt, infirmière major, créent un atelier à l’Institution nationale des Invalides (INI). Les pensionnaires y confectionnent des bleuets en tissu qu’ils vendent sur la voie publique, un moyen de leur fournir une occupation et une source de revenus.

Pourquoi le Bleuet ?
Le bleuet est le symbole choisi pour illustrer la solidarité envers le monde combattant pour plusieurs raisons. Il rappelle l’uniforme bleu horizon que les jeunes recrues, les « Bleuets », portaient en rejoignant leurs aînés, les « Poilus », sur les champs de bataille. Le bleuet est reconnu comme la fleur française du souvenir, celle qui poussait dans la boue des tranchées, seule note colorée dans un paysage dévasté avec le coquelicot. Enfin, le bleu est également une des couleurs de la Nation française, première couleur du drapeau tricolore.

Une boutique en ligne est consultable pour des commandes de bleuet plus personnalisées : https://www.boutique-bleuetdefrance.fr/

Dernière modification : 15/11/2021

Haut de page