La Légion d’honneur à Mme Michèle Barbier

Intervention de l’ambassadeur de France au Canada, Monsieur François Delattre,
à l’occasion de la remise des insignes de chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur
à Mme Michèle Barbier

(Montréal, le 4 mars 2010)



Madame la Conseillère, Chère Michèle Barbier,
Monsieur le Consul général, Cher Pierre, Chère Madame,
Messieurs les représentants des associations d’anciens combattants et d’autres associations françaises,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

C’est un plaisir et un privilège particuliers pour moi d’être avec vous ce soir à l’occasion de cette cérémonie en l’honneur de notre amie Michèle Barbier.

Nous sommes réunis en effet pour honorer une grande figure de la communauté française et franco-canadienne de Montréal, qui est non seulement une professionnelle unanimement respectée mais aussi une « grande dame » qui n’a eu de cesse, depuis son arrivée sur le sol canadien en 1977, de mettre son talent et ses exceptionnelles qualités humaines au service de nos compatriotes.

Chère Michèle, après de brillantes études qui vous permettent d’obtenir un diplôme d’ingénieur en organisation « méthodes et systèmes », vous occupez de 1966 à 1976 des postes variés dans le secteur privé en France, notamment dans des filiales de sociétés internationales puis au sein du groupe Conforama.

Cette attirance particulière pour l’international est chez vous une constante, c’est l’une de vos griffes. Sans doute est-elle au moins pour partie liée à vos origines familiales : votre mère était de descendance allemande et votre père de descendance anglaise, et l’un et l’autre voyageaient beaucoup. Vous-même franchissez le pas en 1977. Cette année-là, après un voyage touristique, vous décidez de vous installer au Québec. C’est pour vous le début d’une grande et belle aventure.

Les choses ne sont pas faciles pourtant : non seulement vous devez vous adapter à un environnement entièrement nouveau, mais il vous faut réorienter votre carrière car vos diplômes d’ingénieur ne sont pas reconnus au Québec. Votre parcours montre ainsi, je fais une parenthèse, toute l’importance qui s’attache à l’Entente franco-québécoise sur la reconnaissance des qualifications professionnelles, signée en octobre 2008 par le Président de la République et le Premier ministre Jean Charest. Cette entente doit permettre précisément la reconnaissance mutuelle des diplômes y compris d’ingénieur entre la France et le Québec, même s’il reste un important travail à faire. Nous en parlions tout à l’heure encore avec le Maire de Montréal, M. Gérald Tremblay.

Rien de tel n’existait à l’époque et compte tenu de la non-reconnaissance de vos diplômes, vous devez alors entièrement réorienter votre parcours professionnel, ce que vous faites avec l’énergie que l’on vous connait. Vous vous lancez d’abord dans le secteur de l’immobilier puis dans le domaine financier : vous obtenez un diplôme d’agent immobilier en 1979 puis en 1981 une licence d’agent d’assurance du Canada.

Par votre talent et votre travail, vous réussissez superbement dans cette nouvelle carrière, et vous exercez successivement les responsabilités de Directrice administrateur à la SODEC (compagnie de gestion de projets immobiliers), Directrice du recrutement à la Société d’Entraide Economique, Assureur-Vie à l’Alliance Mutuelle Vie et enfin Directrice des ventes dans cette même compagnie.

Cette nouvelle vie professionnelle – que vous exercez aujourd’hui encore avec passion – vous va comme un gant car elle vous permet d’allier votre haute compétence et votre sens inné du contact humain pour les mettre au service des autres, en aidant ceux qui font appel à vous à préparer et planifier leur avenir.

Forte de vos succès professionnels, vous exercez de nombreuses responsabilités plus larges qui sont autant de marques de reconnaissance de votre talent. Pour n’en prendre que quelques exemples, vous devenez membre du Conseil d’Administration et Vice-Présidente de la Chambre d’Association des Intermédiaires en Assurance de Personnes du Québec de 1989 à 1995, du Conseil d’Administration du Conseil des Assurances de Personnes de 1996 à 1999, ou encore, depuis 1999 et toujours aujourd’hui, membre du Comité de Discipline de l’Autorité des Marchés Financiers et de la Chambre de la Sécurité Financière.

Parallèlement à ces lourdes obligations professionnelles, et en cohérence avec elles, vous n’avez eu de cesse d’aider sous les formes les plus diverses la communauté française de Montréal et de sa région et de vous investir dans de nombreuses actions caritatives : visites à domicile de personnes âgées, assistance pour l’obtention de documents administratifs, aides financières, achat de nourriture pour la période de Noël ou encore collecte de vêtements.

En votre qualité de Conseiller à l’Assemblée des Français de l’Etranger, à partir de 2006, vous avez été notamment un membre très actif de la Commission de Sécurité des Français de l’Etranger et Secrétaire Générale de la Commission des Finances, et vous avez surtout poursuivi sur le terrain votre action exemplaire en faveur de nos compatriotes.

Outre votre implication inlassable dans l’aide sous toutes ses formes à notre communauté, et notamment aux plus démunis, vous vous investissez également dans le secteur culturel. Ainsi, vous avez créé en 2004 une association de Sauvegarde du Patrimoine dans une petite commune de Normandie que vous souhaitez jumeler avec une commune du Québec.

Et lorsque vous avez un peu de temps libre, vous vous adonnez à vos hobbies, notamment la philatélie et la mycologie –qui est comme chacun sait l’étude des champignons- et vous pratiquez votre sport préféré, le golf.

Chère Michèle, vos qualités unanimement reconnues et appréciées ainsi que votre engagement sans faille au service des autres forcent l’admiration. Vous faites honneur à notre pays et vous êtes un pont naturel, un trait d’union entre la France, le Québec et le Canada.

Pour toutes ces raisons, le Président de la République a décidé de vous exprimer la reconnaissance de notre pays et de vous conférer la haute distinction que je vais à présent vous remettre.

Michèle Barbier, au nom du Président de la République, et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur./.

Dernière modification : 16/08/2011

Haut de page