La Légion d’honneur à Mme Hélène Séguinotte

Discours de M. François DELATTRE,
Ambassadeur de France au Canada,
à l’occasion de la remise des insignes de Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur
à Mme Hélène SÉGUINOTTE

(Montréal, 10 décembre 2010)




Chère Hélène Séguinotte,
Cher Alfred Homsy,
Monsieur le Consul général, Cher Pierre,
Monsieur le Directeur général adjoint du groupe Safran pour le développement international, M. Emeric d’Arcimoles,
Monsieur le Directeur du groupe pour l’Amérique du Nord, M. Bernard Teychene,
Monsieur le Président de la section des Conseillers du Commerce Extérieur pour le Canada, Cher Alain Lellouche,
Madame la Présidente de la Chambre de Commerce française au Canada, Chère Myriam Pairault, Cher Monsieur,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

C’est un plaisir tout particulier pour notre Conseillère de presse Julie Duhaut-Bedos, pour notre Attaché économique Jack Pillain, pour mon collaborateur Bernard Binoist et pour moi d’être avec vous ce soir, dans ce si beau cadre de l’hôtel Sofitel, pour cette cérémonie en l’honneur d’une personnalité exceptionnelle, notre compatriote et amie Hélène Séguinotte.

Je voudrais saluer chacune et chacun d’entre vous, proches et amis d’Hélène Séguinotte, qui êtes rassemblés ici pour lui exprimer votre affection et votre admiration en ce jour important. Avec un mot particulier pour Alfred Homsy et ses fils Antoine et Max.

Chère Hélène, vous êtes née dans le Sud-Ouest, à Pau, et ces racines profondément ancrées en vous ne sont pas étrangères au fait que vous êtes une femme de tradition, de caractère et d’engagement.

Après des études à l’Institut Saint-Dominique de Pau, vous choisissez l’Ecole supérieure de commerce de cette même ville, une école excellente et réputée, car vous sentez déjà en vous une réelle fibre commerciale, une vocation d’entrepreneure et un appétit pour la découverte du monde.

Et comme vous ne faites pas les choses à moitié vous sortez 4ème de votre promotion, opposant ainsi un démenti cinglant à un professeur de mathématiques bien peu perspicace qui vous avait dit, je le cite : « Vous ne réussirez pas car vous êtes nulle en maths ». (Bel exemple d’encouragement comme notre système d’enseignement aimait à nous donner il y a quelques années, mais heureusement les choses changent).

Forte de ce beau succès vous décidez alors de tirer parti d’un partenariat qui lie l’Ecole supérieure de commerce de Pau et une excellente université de Alabama. Pendant deux ans, vous êtes assistante à la recherche « management » le jour et, le soir, vous préparez un MBA que vous réussissez brillamment : toujours votre goût d’apprendre des choses nouvelles et de découvrir les gens, le tout adossé à une forte énergie et une volonté de fer. Comme vous aimez à le dire vous-même, « vous êtes allée chercher votre boîte à outils ».

Vos diplômes en poche, vous revenez en France et assurez plusieurs missions de conseil en France et en Europe : des missions à responsabilités, déjà, et qui couvrent un large spectre de compétences, de l’analyse de dossiers de création d’entreprises pour l’attribution de financements au conseil proprement dit, conseil en gestion au sein d’une PME familiale et conseil en organisation dans le cadre d’un « Cabinet Conseil international ». On le voit, vous ne perdez pas de temps.

Après deux brèves expériences, l’une à New York et l’autre dans le cadre de la mission économique au Conseil général des Pyrénées Atlantique, commence alors en 1990 la grande aventure de Turbomeca, une magnifique société spécialisée dans la conception, la fabrication, la commercialisation et le support de turbomachines pour hélicoptères –et qui est le numéro un mondial des turbines pour hélicoptères. Vous intégrez la société dans son site situé dans la banlieue de Pau et à travers une candidature spontanée.

Vous y faites d’emblée merveille et dès 1992 vous devenez la première femme chef de service depuis la création de Turbomeca en 1938, dans un milieu d’ingénieurs qui était jusqu’alors exclusivement masculin. Vous y êtes responsable de l’Amérique du Nord, de l’Australie et du Japon.

Quelques années plus tard vous prenez le chemin de Munich et y assumez la direction commerciale de la société composée en joint venture par Turbomeca, MTU et Rolls Royce afin de réaliser la motorisation de l’hélicoptère Tigre. Vous réussissez à nouveau brillamment dans cet exercice de coopération industrielle internationale qui se situe au plus haut niveau d’exigence professionnelle et qui met en valeur aussi votre capacité à rassembler autour d’un même objectif des hommes et des femmes d’origines culturelles très diverses.

Forte de ce superbe succès, vous vous voyez confier alors en 2002 la mission de créer et de diriger Turbomeca Canada. C’est une mission exaltante, pleine de défis, et c’est le début pour vous de la belle aventure canadienne.

Là encore, cela n’étonnera personne, vous remportez votre pari et la filiale de Turbomeca que vous créez au Canada, dont vous êtes alors la directrice générale (CEO), connait un magnifique succès. Turbomeca Canada est très rapidement classé meilleur start-up du groupe, et son développement est particulièrement rapide. A la fin de l’année 2009 ou au début de l’année 2010, l’entreprise emploie 125 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires d’environ 80 millions de dollars canadiens.

A la lumière de ces excellentes performances, Chère Hélène, vous êtes nommée en 2008 représentante de Safran Canada (National executive Safran), en plus de vos fonctions chez Turbomeca. C’est une nouvelle et très importante responsabilité, et vous confirmez ainsi par votre travail et votre talent votre rôle de précurseur en ce qui concerne les nominations et promotions des femmes au sein du groupe.

Je suis très heureux de saluer ce soir le Directeur général adjoint du groupe Safran pour le développement international, M. Emeric d’Arcimoles, qui a traversé l’Atlantique pour partager ce moment avec nous et que je remercie chaleureusement d’avoir organisé cette réception ici au Sofitel. A travers vous, M. le Directeur général, et à travers Hélène, c’est aussi à toutes vos équipes, bien représentées ce soir, que je voudrais rendre hommage.

Aujourd’hui, dans le cadre d’une réorganisation du groupe, vous ouvrez une nouvelle étape d’un parcours professionnel exemplaire. Toujours déléguée générale de Safran, vous devenez en effet la présidente-directrice générale de la société Morpho Canada, compétente dans les domaines de l’aéronautique, de la défense et de la sécurité.

Chère Hélène, en dépit des obligations très lourdes qui sont les vôtres vous avez trouvé le temps et l’énergie pour vous engager au service des autres, au service de la communauté, avec la droiture, le sens de l’éthique et l’humanité qui sont votre marque de fabrique. Votre engagement à ce titre est exemplaire et mérite aussi tous les éloges.

Pour n’en prendre que quelques exemples, vous êtes très active au sein de la section des Conseillers du Commerce Extérieur pour le Canada comme vous l’êtes dans le cadre de la Chambre de Commerce française au Canada, dont vous êtes membre du Conseil d’administration. Vous êtes très investie également dans de nombreux organismes économiques franco-québécois et vous êtes par ailleurs membre du Comité Exécutif et du Conseil d’Administration de la grappe aérospatiale du Grand Montréal, Aéro-Montréal. J’ajoute que vous êtes pour les services de l’Ambassade et pour moi un partenaire exceptionnel à tous égards.

Sur un mode plus personnel, vous avez pris la décision de fonder un foyer qui sera officialisé demain devant les institutions compétentes.

Je suis très heureux de saluer l’heureux élu Alfred Homsy, anesthésiste reconnu du milieu médical québécois, qui est je crois un passionné de la mer à qui vous avez insufflé votre passion de la montagne. Après avoir gravi ensemble le Kilimanjaro, je crois savoir que vous vous attaquerez en 2011 au camp de base de l’Everest.

Chère Hélène, compte tenu de votre parcours professionnel exemplaire, de votre engagement constant au service de la communauté et de votre importante contribution à la relation d’exception qui unit la France au Québec et au Canada, le Président de la République a décidé de vous décerner la haute distinction que je vais à présent vous remettre.

Hélène Séguinotte, au nom du Président de la République, et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur./.

Dernière modification : 16/08/2011

Haut de page