La France au Darfour

Le conflit au Darfour a provoqué l’une des plus épouvantables crises humanitaires : des estimations parlent de 300 000 morts et des crimes contre l’humanité y ont été commis ; plus de 2 millions de personnes ont déjà été déplacées et ce nombre ne cesse d’augmenter ; 4 millions de réfugiés comptent sur l’aide alimentaire et une assistance humanitaire. Le conflit continue avec des bombardements, des attaques et des escarmouches entre groupes.

La crise peut potentiellement déstabiliser toute la région ouest africaine. Le Soudan est le plus grand pays d’Afrique. Au Tchad, 230 000 réfugiés vivent dans des camps de personnes déplacées. La République Centrafricaine est également affectée par les conflits au sud du Darfour.

BMP

- La détresse des personnes au Darfour nécessite une action rapide et décisive de la communauté internationale. C’est pourquoi une des premières initiatives prises par la France après l’élection de Nicolas Sarkozy a été d’organiser une rencontre ministérielle du groupe de contact élargi le 26 juin 2007 auquel l’ancien Ministre des affaires étrangères, l’Honorable Peter Mackay, était présent. Un consensus s’est établi pour donner la priorité à une solution politique négociée par l’Union africaine et l’ONU.

- La France a joué un rôle important en appuyant la résolution 1769 du Conseil de sécurité des Nations-Unies mettant en place l’opération hybride Union africaine/ONU (MINUAD). Une fois déployée, la MINUAD comptera 26 000 soldats sur le terrain. Elle sera la plus grande opération de maintien de la paix actuellement mise en place dans le monde.

- La France est le principal contributeur de l’opération européenne à l’est du Tchad et dans le nord-ouest de la République Centrafricaine (EUFOR). Créée par la résolution 1778, en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations-Unies qui autorise l’usage de force, la mission de la force européenne aura pour objectif de protéger les civils en danger, en particulier les réfugiés et les personnes déplacées, et de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire en améliorant la sécurité dans la zone de déploiement. Depuis la conférence de génération de forces du 11 janvier 2008, il est acquis qu’elle comptera 3 700 personnes, dont 2 100 Français. La France fournira également 9 hélicoptères.

BMP - 151.3 ko
Le Lieutenant Général Patrick Nash (Irlande) commandera l’EUFOR

Les choses avancent et le calendrier est le suivant :

A) capacité opérationnelle initiale à la mi-mars ;
B) capacité opérationnelle complète au plus tard le 31 mai.

- Dix ONG françaises, comme Médecins sans frontières, sont à l’initiative de programmes d’urgences au Darfour, principalement dans les domaines de la santé, la purification d’eau et de la sécurité alimentaire.

- Le déploiement de deux missions pour assurer la sécurité des deux côtés de la frontière entre le Tchad et le Soudan sont les deux faces d’une même pièce. La cause du conflit au Soudan est profonde : économique, environnementale et politique. Pour aboutir à un résultat, la coopération de tous ceux impliqués et l’engagement de la communauté internationale seront essentiels. La France est très reconnaissante envers le Canada d’avoir fournit 400 millions de dollars depuis 2004 pour protéger le peuple du Darfour et de continuer à fournir 8 millions par mois afin d’assurer le transport aérien des troupes et de l’équipement de l’Union africaine. C’est la combinaison d’un cessez-le-feu, d’une force de maintien de la paix, de la reconstruction économique et de la menace de sanctions qui pourra apporter une solution politique à la région./.

Dernière modification : 21/02/2008

Haut de page