D’Ottawa à Avignon : l’été de François Ouimet sur les traces de Wajdi Mouawad

Ce jeune metteur en scène diplômé de l’Université d’Ottawa est le lauréat du prix Ontario-France 2009. Grand admirateur de Wajdi Mouawad, directeur artistique du Théâtre français du CNA mais aussi artiste invité du Festival d’Avignon 2009, François Ouimet nous fait le récit de la frénésie créatrice et des rencontres inoubliables qu’il a eu la chance de vivre durant les dix jours passés au coeur d’un des plus grands festivals de théâtre au monde.

La fresque d’Avignon.

JPEG

Les rues d’Avignon sont bondées d’un public frénétique qui doit bien choisir ses prochaines allées et venues parmi un immense basin théâtral. Ils ont le choix de plus de mille spectacles dans l’« Off » et ceci par jour, sans compter le festival « IN », les galeries d’art, les expositions, et les artistes de rues. Cette fresque importante d’affiche sur les murs, des tracts distribués et les animations de rues crée la sensation de la foire théâtrale. Il n’est pas rare de trouver assis au même café que soi quelques personnalités importantes du théâtre, comme Pipo Delbono, ou encore, de croiser Wajdi Mouawad dans la rue entre ses deux conférences de presse. À la fin de la soirée, les spectateurs et les artistes se retrouvent dans les cafés, discutant de spectacle et de théâtre. Les murs d’Avignon portent en eux les dernières traces de la 63e édition.


JPEG Le séjour fut incroyable. J’ai eu la chance de voir plusieurs représentations théâtrales que ce soient dans la programmation du « In » ou du « Off ». Par contre, le Festival offre beaucoup plus avec des expositions d’arts visuels, des bibliothèques spécialisées en théâtre, des discussions d’artistes, du cinéma et plusieurs autres événements. Me retrouver dans une frénésie artistique et théâtrale a enivré le jeune créateur en moi. Je suis revenu avec des idées de projet, des réflexions et des amitiés ainsi qu’avec une certitude d’y revenir dans un futur rapprocher.



Après avoir visionné son film « Les chansons d’amour » et sa mise en scène de « Angelo, tyran de Padoue » de Victor Hugo nous avons eu la chance de rencontrer Christophe Honoré. Ce réalisateur, romancier et metteur en scène français nous a parlé de sa démarche artistique, de ses expériences et quelques anecdotes. Ce fut un grand plaisir de pouvoir discuter avec cet artiste prolifique. Sa jeunesse (39 ans), son éloquence et sa fougue étaient inspirantes pour tout le groupe.

L’artiste invité pour cette édition fut Wajdi Mouawad. La programmation du Festival et sa vision du théâtre furent approfondies dans son carnet « Voyage » distribué gratuitement par le Festival. J’ai eu la chance d’écouter quelques lectures et voir quelques projets de cet homme de théâtre. C’est par sa fenêtre personnelle qu’il nous a présenté ses œuvres, ses réflexions et ses écrits. « Je suis à la fenêtre qui porte mon nom : fenêtre Wajdi Mouawad. » C’est par elle que j’ai découvert le monde à Wajdi Mouawad ainsi que cent vingt mille autres festivaliers l’ont découvert.

J’ai eu la chance de rencontrer une multitude de jeunes artistes lors de mon séjour. Des artistes qui sont à leurs balbutiements dans l’art de la scène ou le cinéma. J’ai quitté Avignon avec le sentiment de tristesse de devoir les quitter et un sentiment d’exaltation d’avoir vécu une expérience inoubliable. J’ai quitté Avignon, mais Avignon ne me quittera pas.

Dernière modification : 30/11/2009

Haut de page